publié le 13 sept. 2021
Google Bombing

Définition SEO de Google Bombing

Le Google Bombing (Bombardement Google) est une technique de référencement qui permet de positionner en première page de Google un site web ou un individu sur une requête généralement peu sympathique. La stratégie est basée sur les ancres de liens et peut être implémentée aussi bien pour les résultats de recherche classiques que pour les résultats de Google Images.

Définition du Google Bombing

Le Google Bombing est une pratique SEO « black hat » qui s'est popularisée depuis que les moteurs de recherche prennent en compte les liens et les ancres de liens comme des critères de pertinence. Pour qu'un bombardement Google fonctionne, il faut la complicité d'un grand nombre de sites web. En effet, la pratique exploitait l'une des failles de l'algorithme de classement de Google.

Qu'est-ce que le Google Bombing ?

Le Google Bombing consiste à multiplier de façon artificielle le nombre de pages web pointant vers un site donné, en procédant de façon à ce que tous les backlinks créés pointent vers le même texte. Cette série d'actions va envoyer un signal au bot de Google qui associera l'expression massivement utilisée avec la page cible. Le grand nombre de liens entrants créés fera que la cible se retrouvera en bonne position dans la SERP pour l'expression correspondant à l'ancre massivement utilisée, même s'il n'existe a priori aucun rapport thématique pertinent entre ces deux éléments.

Le plus souvent, cette stratégie fonctionne lorsque l'expression visée est peu concurrentielle (volume de recherche faible).

À quoi sert le Google Bombing ?

Le Google Bombing sert à placer une page web de façon non conventionnelle parmi les premiers résultats organiques du moteur de recherche. La stratégie est généralement utilisée pour dénigrer ou ridiculiser des personnalités politiques en ciblant leurs pages internet officielles ou leurs réseaux sociaux. À une époque, certains webmasters l'ont également intégré à leur stratégie de marketing digitale pour gagner rapidement des positions sur des requêtes qu'ils visaient.

Quel est le fonctionnement du Google Bombing ?

L'exemple suivant illustre parfaitement le fonctionnement d'un Bombing Google.

Supposons qu'une personne souhaite créer un mauvais buzz autour du site de son voisin en exploitant la requête « crétin ». Pour déployer son action Google Bombing, elle doit convaincre des milliers de plateformes web d'intégrer dans leur contenu un backlink pointant vers une page web du voisin et portant comme terme d'ancre le mot « crétin ». S'il obtient suffisamment de liens durant sa campagne de netlinking, le moteur de recherche associera systématiquement le mot-clé « crétin » au site web du voisin. Ainsi, lorsqu'un internaute tapera ce terme dans la barre de recherche Google, la probabilité est forte que ce soit une page (celle qui a été massivement ciblée) du site internet du voisin de notre personnage fictif qui s'affiche en première position. Un Bombing Google aura ainsi vu le jour.

Pour obtenir le même résultat avec un visuel, il faudra qu'un grand nombre de pages associe l'expression visée à l'image de la victime dans leur contenu.

Exemples de Google Bombing célèbres

Le Google Bombing le plus médiatisé est celui dont a été victime George Bush en 2003. Grâce à une action concertée de plusieurs sites, la page web officielle de l'ancien président américain a été placée en première position de Google sur la requête « miserable failure ».

À partir de cette année, plusieurs autres exemples de Bombardement Google ont été enregistrés :

  • Jacques Chirac sur « Magouilleur » en 2004
  • Jean Dionis sur « Député liberticide » en 2004
  • Barack Obama sur « Failure » en 2009
  • Jean Sarkozy sur « Fils à papa » en 2009
  • Les 3 Suisses sur « Inadmissible incompétence » en 2009
  • Nicolas Sarkozy sur « Trou du cul du web » en 2010
  • François Hollande sur « Incapable de gouverner » en 2012
  • Donald Trump sur « Idiot » en 2018 (sur les recherches d'images)

Comment le Google Bombing a-t-il pris fin ?

Depuis 2007, l'équipe de Google Webmaster Central a annoncé dans un post relayé par Matt Cutts avoir mis en œuvre des actions pour minimiser l'ampleur des bombardements de liens. Rappelons cependant que cette stratégie Black hat SEO n'est pas spécifique au géant de Mountain View. En effet, une mise à jour de l'algorithme d'indexation et de la façon dont il analyse les données a permis au moteur de recherche Google de compliquer la tâche aux instigateurs des Link Bombing. Désormais, il est beaucoup plus difficile de lancer une telle campagne sans alerter le filtre anti spam de Google (il semble toutefois que cela continue de fonctionner avec Bing et Yahoo). Par conséquent, un webmaster qui tente d'exploiter cette technique black hat pour optimiser son référencement et influencer le positionnement de son site sur des mots-clés s'expose à des pénalités.

Toutefois, malgré la fin du Google Bombing, le poids des backlinks et de leur ancre dans le positionnement d'un site web n'a pas varié. Google privilégie toujours les liens de qualité à ceux provenant d'une multitude de sites internet à très faible Pagerank. Ainsi, pour mieux référencer votre site et augmenter la popularité de votre nom de domaine, vous devez veiller à ce que les liens pointant vers votre site proviennent de plateformes web ayant de bonnes métriques SEO. Vous devez également varier les ancres qui renvoient vers les pages de votre site et y mettre des mots-clés (idéalement, la portion de texte qui entoure vos backlinks doit reprendre le champ lexical de votre site). Pour obtenir des backlinks qualitatifs, les techniques telles que le guest blogging sont à privilégier.

Enfin, chaque page de votre site doit être bien optimisée avec des balises meta (balise title, meta description…) correctement renseignées afin de faciliter le travail des robots de Google lors du crawl. Si vous suivez bien ces principes, vous réussirez à faire grimper votre taux de clics.