Les bons tuyaux SEO

Rédaction SEO : comment rédiger des articles de blog optimisés ?

Article publié le 15 sept. 2021
Rédaction SEO : comment rédiger des articles de blog optimisés ?

Les exigences des moteurs de recherche en matière de contenu web se sont considérablement durcies ces dernières années, à tel point que la rédaction SEO est devenue un véritable métier. Pour un article de blog, une page produit ou une catégorie, l'optimisation du texte pour le référencement naturel est une nécessité pour assurer sa visibilité et capitaliser dessus. Le contenu de qualité est devenu LE critère de référencement SEO le plus important en 2021.

Rédaction SEO : qu'est-ce que c'est ?

Écrire un texte SEO consiste à planifier et optimiser du contenu dans le but d'être bien positionné sur les différents moteurs de recherche et particulièrement Google. Cela repose sur une analyse de mots-clés qui sont utilisés pour exploiter tout le champ sémantique du thème. La rédaction SEO nécessite des compétences spécifiques en matière d'analyse et une véritable aisance rédactionnelle.

Quels sont les objectifs de la rédaction SEO ?

Elle peut avoir plusieurs objectifs. Le premier est de se positionner sur un contenu dont le thème et les mots-clés cibles ont été déterminés en amont. Celui-ci peut prendre la forme d'un article de blog ou d'une page pour les sites e-commerce. En plus de gagner en visibilité, les contenus SEO ont aussi pour but de répondre à l'intention de recherche de l'internaute et l'inciter à adhérer à la marque ou à acheter. La rédaction SEO revêt donc une grande importance dans une stratégie de marque, que ce soit en BtoB ou en BtoC.

Son deuxième objectif est de donner un contexte sémantique à un site web ou un blog. En alimentant chaque page en contenu SEO (et notamment vos catégories de blog), vous facilitez la compréhension de votre offre ou de votre thématique par les moteurs de recherche, ce qui est l'une des clés de la réussite sur le web.

Pourquoi la rédaction SEO est-elle essentielle ?

Ces dernières années, les moteurs de recherche ont accompli d'immenses progrès pour proposer un classement pertinent. Les “bourrage de mots-clés” et autres entourloupes SEO (écriture blanc sur fond blanc) sont désormais sévèrement sanctionnés. Pour autant, les mots-clés continuent d'être très importants. Votre classement dépend de l'utilisation ou non de vos mots-clés cibles ou de l'une de leurs déclinaisons dans la balise title de votre page web ou de votre article de blog. Ce n'est que par une rédaction SEO pertinente que vous pourrez réellement séduire Google et les autres moteurs de recherche.

De plus, le contenu de qualité aide à fédérer les utilisateurs et obtenir une “validation sociale”. Lorsqu'il est pertinent et qu'il apporte une vraie valeur ajoutée, les internautes ont tendance à s'engager via les médias et réseaux sociaux et sont plus enclins à partager une URL sur leur page et/ou sur leur blog, ce qui envoie un signal positif à Google.

Rédaction SEO et rédaction de contenu : à ne pas confondre

La rédaction SEO est de la rédaction de contenu, mais toutes les rédactions de contenus ne sont pas des rédactions SEO. La rédaction SEO impose de fortes contraintes. En effet, une profonde réflexion en amont est nécessaire pour déterminer l'intention de l'internaute, établir un plan avec un balisage Hn pertinent, utiliser les bons mots-clés en respectant un nombre d'occurrences précis, etc. Rédiger un contenu marketing, commercial ou journalistique, qui n'a pas d'objectif SEO, est moins complexe et repose uniquement sur le ton et le discours à utiliser.

Rédaction SEO : 5 étapes pour rédiger des articles optimisés

Rédiger pour le référencement naturel nécessite une importante préparation en amont. En voici les étapes principales.

La phase de préparation

La phase de préparation est presque aussi longue que la phase de rédaction. Et pour cause, il est indispensable de savoir ce que l'on écrit, pour qui on l'écrit et pourquoi, afin de répondre à la bonne intention au bon moment.

Définissez vos objectifs et votre buyer persona

Tout contenu doit avoir un objectif précis. Est-il destiné à améliorer votre image de marque ? À capter un nouveau trafic ? À approfondir le contexte sémantique de votre nom de domaine ? Une fois défini, vous devez toujours garder cet objectif en tête lors de la rédaction de votre plan et de votre contenu. Il doit être votre fil rouge.

Une fois le but de l'article déterminé, rappelez-vous pour qui vous écrivez : votre buyer persona. Pour le définir, établissez une description détaillée d'une personne qui représente votre public cible. Il ne s'agit pas d'un client réel, mais d'une personne fictive qui incarne les caractéristiques de vos clients potentiels (CSP, intérêts, habitudes d'achat, etc.). Votre style d'écriture et votre discours s'adapteront alors tout naturellement à votre clientèle cible, puisque vous n'utiliserez pas forcément les mêmes mots, le même registre de langage ou tout simplement les mêmes arguments pour différentes cibles.

Identifiez, listez et regroupez vos mots-clés

Vous avez désormais défini un objectif et une audience cible. Il est alors temps de dresser une liste de mots-clés susceptibles d'attirer vos clients potentiels. Vous pouvez vous aider d'outils comme SEMrush ou Ahrefs qui vous suggèrent des mots-clés, des déclinaisons et leur volume de recherche associé. Vous serez alors en mesure de classer tous ces mots-clés dans des groupes thématiques afin d'en tirer des idées de sujets à traiter.

Choisissez des sujets à forte valeur ajoutée

Trouver des thématiques à traiter est plutôt facile. En revanche, trouver des sujets apportant une forte valeur ajoutée est beaucoup plus complexe. En effet, le web est aujourd'hui saturé de contenus tous plus concurrentiels les uns que les autres. Les sujets novateurs sont très vite repris par de nombreux sites. Il est donc difficile de rédiger un contenu qui apporte une réelle plus-value aux utilisateurs. Se focaliser sur l'intention de l'internaute est donc essentiel pour trouver des portes dans lesquelles s'engouffrer afin de tirer son épingle du jeu dans le classement.

Préparez un plan de rédaction

Un plan de rédaction, qu'il soit destiné à un rédacteur externe ou interne, doit tenir compte des différents axes que vous avez définis pour que votre texte réponde à vos objectifs. Avant de vous lancer dans l'écriture, établissez d'abord le plan de votre article avec les balises H1, H2, H3, etc., que vous allez utiliser. Elles seront le squelette de votre contenu. Pour qu'elles soient pertinentes, il existe une petite astuce : vous devez comprendre le sens de l'article en lisant simplement le contenu de ces balises. Si tel est le cas, alors vous répondrez naturellement aux questions de vos lecteurs.

Votre plan doit ensuite comporter les différentes consignes à suivre: ton à utiliser, format, mots-clés à mettre en gras, etc. Ces consignes doivent également comporter les mots-clés à utiliser. Vous tirerez facilement les mots-clés intéressants pour votre thématique grâce à des outils de rédaction sémantique comme YourTextGuru, 1.fr ou SEOQuantum. Des outils comme Answer The Public pourront également vous indiquer les questions les plus fréquemment posées et qui peuvent d'ailleurs constituer une balise H2.

La phase de rédaction

Maintenant que nous savons quel sujet aborder et comment nous allons le présenter, il faut rédiger le texte. Là encore, il ne s'agit pas seulement d'aligner des mots, il faut être stratégique.

Proposez des titres accrocheurs et optimisés

Comme nous l'avons dit précédemment, vos titres et sous-titres doivent être accrocheurs et optimisés pour le SEO. Ils doivent être clairs et concis et comporter les termes que vous aurez trouvés lors de votre étude de mots-clés. Pour autant, pas question ici de se contenter d'aligner des mots-clés sémantiques dénués de sens. Les sous-titres doivent être bien réfléchis pour répondre à l'intention de l'internaute. L'idée n'est pas de copier les concurrents, car pourquoi Google irait-il vous positionner devant eux, qui ont fait la même chose bien avant ? Il faut s'en inspirer et faire mieux !

Rédigez des phrases d'accroche attractives

Votre contenu doit être pertinent et percutant. Une grande majorité d'internautes lit en diagonale, vous devez donc attirer leur attention avec des phrases d'accroche pertinentes. La balise gras peut être ici une aide précieuse. N'hésitez pas à mettre en exergue certaines phrases pour inciter le lecteur à parcourir le texte dans son intégralité.

Proposez des contenus qualitatifs et sémantiquement riches

Un contenu qualitatif, c'est à la fois un texte qui est correctement rédigé (sans fautes, avec des tournures de phrases correctes et naturelles, etc.) et qui aborde tout le champ sémantique de la thématique visée. Utiliser le champ sémantique dans sa rédaction, c'est rédiger autour d'une thématique et pas seulement de mots-clés individuels. C'est également comprendre le sens profond d'un sujet, autrement dit la raison pour laquelle un utilisateur effectue une recherche précise. On appelle cela l'intention de recherche. L'algorithme de recherche des moteurs essaie également d'anticiper la prochaine requête de chaque utilisateur.

Ainsi, en faisant en sorte de “penser” comme les robots de Google, vous aurez plus de chances de voir vos contenus en première page.

Si vous n'êtes pas à l'aise avec le travail de rédaction de contenu, il est toujours possible de confier cela à un expert en rédaction de contenus comme SEMJuice, qui rédigera des articles de qualité et respectant les règles de base du SEO (balises, strong...)

Demandez un devis sur mesure pour du contenu qualitatif !

Assurez-vous que vos textes soient lisibles

Trouver le juste équilibre entre mots-clés, champ sémantique et lisibilité n'est pas toujours chose facile. En effet, les outils sémantiques préconisent d'intégrer un certain nombre d'occurrences des mots-clés les plus importants, mais ils ne prennent pas en compte la lisibilité des phrases. Pour atteindre un fort taux d'optimisation, il peut alors être tentant de faire du “bourrage de mots-clés”. C'est pourtant une technique qu'il faut bannir à tout prix. Même si vous rédigez avec certaines contraintes liées à l'algorithme de Google, vous rédigez avant tout pour l'internaute. La fluidité et la bonne compréhension de votre texte sont la clé de la réussite d'un contenu.

La phase d'optimisation

Dernière étape de la rédaction de contenu SEO, l'optimisation va peaufiner le texte pour le rendre plus séduisant aux yeux des search engines.

Créez et optimisez vos balises Title et meta description

L'optimisation d'un texte SEO passe avant tout par le balisage Hn. Il s'agit ici des balises qu'utilisent les robots de Google pour mieux comprendre le contenu d'un texte. Elles sont d'ailleurs très importantes pour vous positionner sur les mots-clés longue traîne.

Elles se présentent comme suit dans le code de la page :

"Le titre du contenu"

"Le sous-titre"

"Le sous-titre du H2"

Vous allez donc du H1 (le titre principal d'une page) jusqu'au H6 pour les gros contenus, car n'oubliez pas que ces balises contribuent aussi à une bonne expérience utilisateur. Et ce qui est bon pour l'utilisateur est également bon pour les moteurs de recherche !

Attention toutefois, la suroptimisation n'est jamais très loin ! Évitez dans l'absolu d'utiliser plusieurs H1 sur une même page. Cela n'est pas pénalisant en général, mais en de rares occasions, les moteurs de recherche pourraient considérer cela comme du spam de mots-clés. En outre, cela n'est pas forcément UX friendly. En revanche, l'utilisation de plusieurs H2, H3 et H4 sur une page est bien sûr autorisée et même recommandée. Dans vos Hn, respectez la structure hiérarchique. Si vous souhaitez utiliser trois balises H3, veillez à les inclure d'abord dans une balise H2. Vous serez ainsi plus cohérent pour Google qui aime lorsque l'information est bien hiérarchisée.

Intégrez des images dans vos contenus

L'être humain est un être visuel. Pour preuve, les pages web contenant des éléments imagés tels que des images ou des vidéos sont plus performants : en moyenne, ils sont consultés jusqu'à 94 % plus souvent. Les infographies disponibles sur Google Images peuvent augmenter le trafic d'un site web de 12 % (source : searchenginejournal.com).

Pour captiver vos lecteurs, vous ne pouvez donc pas miser uniquement sur du contenu textuel de qualité. Pour faire passer votre message aussi bien aux internautes qu'à Google, vous devez utiliser des images accrocheuses. Dès l'élaboration de votre plan de rédaction, vous devez réfléchir aux types d'images, d'infographies ou de pictogrammes qui pourraient être ajoutés à votre contenu pour renforcer votre message et vous assurer qu'il répond à l'intention de l'internaute.

Procédez au maillage interne de vos articles

Le maillage interne consiste à créer des liens entre les différentes pages d'un site. Ces liens sont chargés de distribuer le “jus SEO”, autrement dit la popularité. De ce fait, une page “puissante” transmet un peu de sa popularité aux autres pages grâce aux différents liens internes sortants qu'elle contient. Lorsque vous élaborez votre plan de rédaction, pensez donc toujours aux liens internes que vous pourriez faire vers d'anciens articles. Grâce à eux, vous incitez les internautes à parcourir d'autres pages de votre site et, surtout, vous continuez "d'arroser" régulièrement vos anciennes pages avec du jus SEO frais !

Grâce à cette technique, vos articles resteront aussi populaires que lors de leur publication. Le maillage interne est une condition sine qua none pour ne pas voir vos pages tomber dans les limbes de Google. Ces liens internes doivent être associés à des ancres pertinentes pour être mieux compris par les moteurs de recherche. Ainsi, si vous devez faire un lien vers un article portant sur les 10 meilleurs restaurants de Paris, intégrez votre lien sur une ancre telle que “notre sélection des meilleurs restaurants de Paris” plutôt que sur une ancre comme “cliquez ici”.

Proposez une version adaptée aux mobiles et tablettes

Proposer une version pensée pour les mobiles et tablettes porte un nom : le responsive design (ou la version mobile d'un site). Le responsive design est une façon de concevoir un site web de sorte que son contenu et ses éléments soient automatiquement adaptés à la taille de l'écran sur lequel il est affiché. Il empêche les images d'être plus grandes que la largeur de l'écran et évite que les visiteurs sur des appareils mobiles aient à zoomer pour lire le texte.

Nous vivons dans une société multiécran, c'est pour cette raison qu'il est important que votre page soit lisible sur autant d'appareils que possible. La plupart des thèmes pour les CMS les plus utilisés aujourd'hui (Wordpress, PrestaShop, Drupal, etc.) sont en responsive design. Toutefois, en fonction de votre contenu, certains ajustements peuvent être nécessaires pour que votre texte soit parfaitement lisible. Pour vérifier s'il est aussi adapté aux mobiles et tablettes, utilisez l'outil de test mobile friendly de Google.

Intégrez des Call To Action dans vos articles

Le CTA, ou call to action, est un élément clé d'une page web. Il constitue en quelque sorte un panneau de signalisation indiquant à l'utilisateur ce qu'il doit faire ensuite. Le CTA fluidifie le parcours de l'utilisateur dans l'entonnoir de vente. Sans un appel à l'action clair, il est probable que l'internaute quitte le site sans être allé au bout du processus de conversion, quel que soit l'objectif.

Un bouton d'action peut prendre plusieurs formes. Il peut être un simple lien textuel, une image, un picto… Il peut être présent en fin d'article, au milieu, au tout début … Tout dépend de vos objectifs !

Voici quelques exemples de bouton d'action (CTA) simples et très courants que vous pouvez utiliser sur un blog :

  • "Lire d'autres articles"
  • "S'inscrire à notre newsletter"
  • "Partager sur les réseaux sociaux"
  • "En savoir plus"

La phase de publication

Tout est rédigé et optimisé pour plaire aux algorithmes, il faut maintenant publier pour séduire les internautes et plaire aux algorithmes.

Assurez-vous que vos textes soient bien indexés

En général, il suffit de cliquer sur le bouton “publier” de sa page CMS pour voir apparaître le texte sur son site. Mais il existe certaines petites subtilités SEO qui pourraient ruiner tous vos efforts en un quart de seconde. En effet, “publier” ne veut pas dire “indexer”. Vous pouvez tout à fait publier un article de blog sans qu'il soit indexé (et donc visible) sur Google. Il peut en effet arriver que l'article ne soit pas indexé par défaut. Vous devez donc veiller à ce que le bouton “indexer pour les moteurs de recherche” soit bien coché.

Une fois que vous vous êtes assuré que votre article est bien indexable, vérifiez qu'il s'indexe bien dans Google. Pour ce faire, vous pouvez taper cette commande dans Google "site:https://votresite/votre-page-a-verifier/. Si vous voyez remonter l'article dans Google, c'est qu'il a bien été indexé. Attention, plusieurs jours sont nécessaires pour que Google passe consulter votre nouveau contenu.

Partagez vos articles sur vos réseaux sociaux

Un contenu de qualité n'est rien s'il n'est pas lu ! À moins que vous ne jouissiez déjà d'une grande notoriété et que les internautes viennent d'eux-mêmes lire vos derniers articles de blog, vous devez faire parler de vous sur les réseaux sociaux. Partagez vos contenus et osez les titres accrocheurs qui incitent au clic. Ne tombez pas dans le fameux “putaclic” qui a une connotation négative. En fonction de votre thématique, privilégiez certains réseaux sociaux. Par exemple, si vous traitez de l'actualité, Twitter ou LinkedIn sont les meilleures plateformes pour partager. Si vos articles invitent au voyage, alors c'est plutôt Facebook, Instagram ou YouTube que vous devez viser.

La phase d'analyse et de mise à jour

La phase d'analyse est malheureusement souvent bâclée. C'est pourtant elle qui permet de se rendre compte si un sujet a fonctionné et s'il est pertinent de continuer à le traiter de différentes façons.

Établissez vos KPI

L'analyse de la performance d'un article de blog peut s'effectuer directement avec les KPIS disponibles sur Google Analytics. Sur cet outil, vous pourrez mesurer le trafic naturel, le trafic provenant de sites tiers ainsi que le taux de rebond et le temps passé sur la page. Ces indicateurs sont essentiels pour adapter vos actions futures.

Analysez vos résultats

En plus de ces KPI, intéressez-vous à vos lecteurs. Sont-ils déjà venus sur votre site ou sont-ils de nouveaux utilisateurs ? Observez également leur profil (âge, intérêt…). Ces données vous permettront d'analyser plus en finesse vos KPI. De même, rendez-vous également sur les réseaux sociaux pour analyser l'engagement qu'a suscité votre post, le nombre de nouveaux followers, etc.

Actualisez vos contenus

Si vous constatez qu'un article ne fonctionne pas ou ne fonctionne plus, c'est peut-être parce qu'il a besoin d'une optimisation ou d'une mise à jour. Google aime le contenu frais, n'hésitez donc pas à mettre à jour régulièrement vos articles même s'ils génèrent déjà du trafic naturel.