Comment mesurer les performances de ses actions SEO ?

Article publié le 13 mars 2019

Quelles sont les principales métriques à analyser pour être sûr de l'efficacité de sa stratégie SEO ?

Vous êtes décidé à mettre en place une stratégie SEO globale pour votre entreprise, qui sera basée sur l'optimisation On-site et Off-site. Vous avez raison ! Le référencement naturel est la meilleure façon de pérenniser votre visibilité sur les résultats de recherche. Mais face à des dizaines de petites et grosses optimisations, il n'est pas toujours évident de mesurer les réels progrès du site. Beaucoup d'annonceurs se fient uniquement à la progression de certains mots clés (ranking), mais en réalité cela va bien plus loin. Il existe une multitude de métriques pour mesurer concrètement vos performances SEO et c'est ce que nous allons voir aujourd'hui.

Suivre le ranking de ses pages

Il s'agit ici du KPI préféré des annonceurs et des SEO car il est tangible et en met plein la vue ! Vous étiez 32ème sur Google ? Tadam, grâce à notre stratégie SEO vous êtes 2ème ! Wow. Le positionnement des mots clés visés est évidemment une très bonne donnée qui témoigne de la confiance que Google vous accorde sur ces thèmes. Il existe cependant une erreur que beaucoup d'annonceurs ont tendance à faire. Celle-ci consiste à se focaliser uniquement sur quelques expressions clés (par exemple « baskets running », « chaussures running », « baskets pour courir »). Ces termes appartiennent à la top tail et doivent donc être considérés comme des « têtes de liste ». Derrière ces mots clés, se cachent des termes de middle et long tail, étroitement liés comme par exemple « baskets running foulée neutre », « chaussures running confortables », « baskets pour courir sur la route » etc. Si ce genre de mots clés génèrent moins de recherches que la top tail, ils n'en restent pas moins importants car ils sont très nombreux et mieux ciblés sur la réelle intention de recherche.

Pour effectuer un réel suivi de positionnement, il faut donc établir des listes complètes dont le classement sera propre aux besoins de chaque activité. Certains préfèrent des classements par thématique, d'autres par intérêt commercial ou encore par degré de concurrence. Il existe plusieurs outils pour vous aider à construire des listes les plus complètes possibles : Ranxplorer, SemRush, Yooda Insights, Cocolyse, Keywords Planner de Google Adwords, les outils de synonymes... Lorsque vous débutez, que vous ayez ou non un bon classement par mot-clé n'est pas si important. Il faut surtout constater une augmentation progressive de vos positionnements ou du nombre de mots clés positionnés sur votre site en général..

Surveiller le taux de rebond des pages en progression

Grâce à une optimisation rigoureuse, vous avez réussi à hisser des mots clés en première page, vous pouvez être fier. Néanmoins l'analyse ne s'arrête pas là. Hé oui, sur Google rien n'est jamais aussi simple.

Votre site ressort en première page sur la recherche « baskets running » et pour de multiples raisons (problème de maillage interne, de liens externes…), c'est votre page « baskets » qui se positionne. Les internautes vont alors tomber sur une page où ils verront de nombreuses paires de baskets qui ne sont pas forcément destinées au running. Certains prendront la peine de chercher le filtre « running », d'autres fermeront immédiatement la page sans avoir eu aucune interaction avec d'autres pages. Ce dernier cas est appelé le taux de rebond et fait partie des critères de classement de Google. C'est plutôt logique lorsqu'on y pense ! Si une page possède 90% de taux de rebond, cela signifie que 90 internautes sur 100 n'ont pas trouvé le contenu assez pertinent pour donner suite à leur visite.

Lorsque vous effectuez des actions SEO, il est important de vérifier l'évolution du taux de rebond. Il peut arriver que l'on positionne beaucoup plus de pages mais qui généreront un plus fort taux de rebond. À terme cela sera contre-productif. De plus, un fort taux de rebond peut aussi aider à soulever des problématiques au niveau de l'ergonomie, du maillage interne, de la politique tarifaire, de la qualité du contenu etc. Il s'agit donc d'un indicateur important pour le SEO et pour l'UX.

Gardez tout de même à l'esprit que votre taux de rebond dépendra de votre secteur d'activité, du type de contenu présent sur votre page et de la source de trafic. Par exemple, si votre page répond à la question "Combien y a-t-il de calories dans un Twix ? », il est normal de constater un fort taux de rebond car l'internaute vient simplement lire la réponse et repart instantanément. Ce n'est pas pour autant que vous ne devez pas tenter de retenir les internautes sur votre site en les incitant à cliquer sur d'autres articles.

Surveiller son trafic mobile

Le mobile est devenu roi. Dans la majorité des secteurs, les recherches sur mobile sont plus nombreuses que sur ordinateur. Pour preuve, Google renonce progressivement à l'index dédié au desktop, pour proposer uniquement un index mobile : le Mobile First Index. Ainsi, que vous naviguiez sur ordinateur ou sur mobile, c'est l'index mobile qui sera la référence.

C'est pourquoi, lors de la mise en place d'une stratégie SEO, il est essentiel de surveiller l'évolution de son trafic mobile. Vous pouvez tout à fait voir votre trafic desktop baisser au profit du trafic mobile. Une augmentation du trafic mobile signifie que vous faites les choses bien aux yeux de Google et que votre site est réactif, qu'il se charge rapidement et qu'il dispose d'indicateurs d'engagement élevés. L'évolution du trafic sur mobile est encore plus important si vous venez d'effectuer une refonte.

Pour vérifier vos statistiques de trafic mobile, vous pouvez utiliser Google Analytics qui est un outil plutôt complet. Depuis votre tableau de bord, accédez à Audience > Mobile > Présentation. Vous verrez alors apparaître un graph qui vous montrera quel pourcentage de votre trafic vous obtenez de votre mobile et l'évolution de vos performances.

Le temps passé sur le site

Google accorde de plus en plus d'importance aux indicateurs d'engagement, parmi eux, le temps passé par les internautes sur vos pages. Une fois de plus, c'est plutôt logique : si un utilisateur passe beaucoup de temps sur votre site, c'est probablement parce qu'il est satisfait de son contenu. Google Analytics est également l'outil idéal pour analyser ce KPI.

Bien sûr, tout comme pour le taux de rebond, le temps passé sur le site dépend de votre secteur d'activité et peut aussi varier d'une page à l'autre en fonction de leurs objectifs. Il est normal que les visiteurs passent beaucoup plus de temps sur les réseaux sociaux que sur un billet de blog de quelques lignes. Lorsque vous mesurez le temps moyen que vous passez sur la page, pensez donc à l'objectif de la page. Pour un contenu assez fourni, vous pouvez prendre comme repère le temps qu'il vous faut pour lire l'article.

La quantité et la qualité des liens externes

Les backlinks figurent parmi les critères de classement les plus importants. Il faut donc développer une stratégie de liens aux petits oignons !  Pour évaluer la qualité d'un site, Google analyse ses contenus, sa structure, ses performances mais aussi sa popularité via les liens qu'il reçoit. Le moteur de recherche considère en effet que si personne ne recommande ce site, c'est que son contenu n'est pas pertinent pour les utilisateurs.

C'est pourquoi, la pertinence de vos backlinks est une donnée cruciale pour mesurer vos performances SEO réelles et rentabiliser vos investissements.

Qu'ils aient été générés via la campagne d'un prestataire ou de façon "artisanale" en faisant appel à des partenaires, les backlinks doivent faire l'objet d'une analyse fine. En effet, vous pouvez recevoir des milliers de backlinks, si ces derniers sont de mauvaise qualité, vous n'améliorerez pas votre visibilité sur Google ni sur les autres moteurs de recherche.

Pour évaluer la qualité des sites et de leurs liens, il existent plusieurs outils, comme Majestic SEO, Seobserver, MOZ et ahrefs.

Le TrustFlow est une métrique de Majestic. Plus le TrustFlow d'un site est élevé, plus il sera, en théorie, fiable aux yeux de Google. "En théorie", car le TrustFlow est en réalité facilement manipulable et nécessite d'être combiné à d'autres métriques, comme le trafic organique, le niveau d'engagement de la communauté, le nombre d'articles publiés, leur récence etc. Le TrustFlow peut donner une indication générale sur la qualité des liens, mais il ne suffit pas.

Le CitationFlow est une métrique similaire au TrustFlow, à la différence qu'elle fait référence au nombre de liens qu'un site reçoit et non à leur proximité avec la thématique désirée. Le CitationFlow est assez proche du PageRank de Google. Il faut donc l'ajouter au TrustFlow pour affiner l'analyse de la qualité globale d'un site qui vous est relié.

Le Domain Authority de Moz est un score de classement dans les moteurs de recherche qui prédit le classement d'un site Web sur les SERP. Il est calculé en évaluant plusieurs facteurs, y compris le domaine racine et le nombre total de liens, dans un seul score DA. Mais comme pour les métriques de Majestic, le DA seul ne suffit pas.

 

Il existe bien d'autres métriques tout aussi réputées pour évaluer l'efficacité d'une stratégie SEO, mais les outils ne sont jamais complets. C'est pourquoi, chez SEMJuice, nous avons créé notre propre algorithme et indicateur : le JuiceFlow. Nous collectons de nombreuses data auxquelles nous appliquons différents coefficients de pertinences afin d'obtenir une seule note, notre JuiceFlow, qui tente de se rapprocher au mieux de ce que Google peut interpréter en terme de qualité de site.