Pondération des redirections 301

Article publié le 14 oct. 2019

La redirection 301 est une technique utilisée depuis toujours par les éditeurs de site web. Si elle permettait de transmettre autrefois toute la popularité entre des pages, il semblerait que Google applique désormais une forte pondération.

Pourquoi une telle décision de la part de Google ? Et bien la réponse est plutôt simple : quand on n'arrive pas à savoir quel élève a fait une bêtise, dans le doute, on punit toute la classe, pour l'exemple !

Avant d'entrer dans les détails, faisons un rapide tour d'horizon sur la redirection 301. 

Qu'est-ce qu'une redirection 301 ?

Une 301 est une redirection permanente d'une URL vers une autre. Elle sert à envoyer les utilisateurs d'un site et les moteurs de recherche vers une URL différente de celle qui était recherchée à l'origine : on peut la comparer au suivi de courrier de La Poste lorsque vous déménagez. Elle fait donc circuler l'information et transmet la popularité de façon totalement transparente pour l'internaute. 

Pourquoi utiliser une 301 ?

Les principales raisons pour lesquelles les SEO sont amenés à mettre en place une redirection 301 sont :

  • Une migration, pour changer le nom de domaine par exemple
  • Passer au protocole HTTPS
  • Diriger le trafic vers un site web, à partir d'autres URL appartenant à la même organisation
  • Modifier l'emplacement d'une page au sein du site
  • Corriger d'éventuels problèmes de contenu dupliqué 

Jusqu'ici, rien de plus White Hat nous direz-vous ? En réalité, il existe une autre utilisation de la 301, et c'est celle-ci que Google a dans le collimateur.

Utilisation abusive des redirections pour le SEO

Une technique de netlinking consiste à réutiliser la popularité de sites abandonnés pour la transmettre au money site. Les SEO utilisent pour ce faire des domaines expirés déjà populaires dans leur thématique, et les redirigent en 301 vers leur site principal. Cela leur évite de devoir monter et truster un site ; ils gagnent ainsi énormément de temps. C'est un peu comme dire à Google qu'on “fusionne” ces sites (parce que l'un a racheté l'autre par exemple). De ce fait, il paraît légitime que le site redirigé transmette sa popularité au nouveau.

Cette technique existe depuis de nombreuses années et a fait ses preuves… jusqu'à aujourd'hui ! Google n'est pas dupe et connaît très bien ces techniques visant à manipuler ses algorithmes. Mais pour l'heure, aucune des versions de Pingouin n'est parvenue à déceler les “faux sites” redirigés uniquement dans le but de transmettre du jus. C'est pourquoi Google a sorti l'artillerie lourde pour sanctionner ces nombreux abus, considérés comme Black Hat.

Chez SemJuice, nous récupérons régulièrement des clients possédant plus d'une dizaines de domaines redirigés. Nous étions depuis longtemps convaincus que cette technique envoyait un signal négatif à Google, car il l'assimilait directement à une tentative de manipulation. C'est désormais une certitude.

Plutôt que de rediriger un nom de domaine en 301, nous recommandons à nos client de remonter un mini site qui enverra un lien vers leur money site.

Quelles sont les conséquences de la pondération des 301 ?

Google a donc littéralement limité la transmission de jus des 301, mais comme il n'est pas capable de déterminer les sites Black Hat, cette nouvelle mesure a été étendue à toutes les 301, y compris les 301 totalement White Hat ! Ainsi, si vous mettez en place des redirections 301 parce que vous changez de nom de domaine, il vous en coûtera une grosse partie de votre popularité. Il faut savoir également que cette modification impacte aussi les 301 internes à un site, ce qui est réellement problématique, car beaucoup de sites utilisent encore cette redirection pour certaines pages de leur site.

Le site de marine2017, connu dans le monde du référencement naturel pour son gros “hold up” ultra efficace, est l'un des premiers sites à avoir sévèrement ressenti ce changement. En effet, après avoir profité de la popularité du domaine “marine2017”, les propriétaires du site ont décidé de changer le nom de domaine pour “ConsoLab”. Le site jouissait alors de toute la puissance de marine2017, jusqu'à ce mois de septembre 2019, durant lequel le trafic a énormément chuté. Depuis, l'annonceur a décidé de repasser à marine2017 pour voir si le site reprenait ses positions. 

C'est un dossier qui tient en haleine la sphère SEO, mais il y a fort à parier que ce ne sera pas une mince affaire de reprendre toutes ces positions rapidement.

Du coup, que faire pour éviter de subir la pondération des 301 ?

En interne, vous devez limiter au maximum les 301. Souvent utilisées pour éviter le contenu dupliqué, les 301 peuvent pourtant être évitées au profit de techniques plus efficaces et sans risque, comme la balise rel=canonical. Désormais, vous devrez également réfléchir à 2 fois avant de changer votre nom de domaine ou l'url d'une page. Mesurez la balance bénéfices-risques : est-il réellement vital de changer le domaine, en sachant que vous pourriez perdre une bonne partie de votre trafic ?

Lorsque vous ne pouvez pas éviter les 301, par exemple dans le cadre d'une migration de CMS ou d'un changement d'arborescence, vous devrez redoubler d'efforts pour envoyer du lien de qualité vers vos nouvelles pages (en ajoutant de nouveaux liens ou en mettant à jour les anciens). Bien sûr, privilégiez les réseaux de sites qui ne misent pas sur les redirections 301, comme nous le faisons chez SEMJuice. En d'autres termes, vous devrez compenser cette “rétrogradation” avec des liens de qualité et bien sûr, un "on-site" efficace, tant en termes de contenu que de performances.

Conclusion

Comme avec ses nouvelles rel=sponsored et rel=ugc, Google montre une nouvelle fois ses lacunes pour détecter les manipulations. Néanmoins, cette mesure sur les 301 est réellement impactante et a fait beaucoup de dommages collatéraux. Espérons que le géant affine rapidement ses critères pour que nous puissions à nouveau changer de nom de domaine ou faire des 301 internes sans épée de Damoclès au-dessus de notre clavier !